Design | 09 janvier

Né au début des années 60, le minimalisme de l’époque était une revendication de l’économie de moyens et de la sobriété. Le courant prend vie dans divers domaines relatifs à la création, soit l’art, le design, l’architecture et bien sûr, la publicité. Le minimalisme finit par s’effacer graduellement pour laisser place à des concepts centrés sur les slogans, la typographie, aux compositions plus complexes regroupant plusieurs éléments.

Il semble que depuis quelques années, le minimalisme est revenu à la mode. « Less is more » sont les nouveaux mots d’ordre. Il paraitrait que le minimalisme ne diminue pas l’intelligibilité du message. De plus, les concepts seraient moins intrusifs que les traditionnelles images plus chargées, ce qui peut être une qualité intéressante si l’on considère que la clientèle est de plus en plus bombardée d’information publicitaire. Parmi les compagnies au style minimaliste, on peut citer Apple ; épuré et fonctionnel.

En effet, si le minimalisme est manié avec doigté, on diminue le bruit du message et on capte l’attention plus facilement par le fait même. Par exemple, un potentiel client passe une fraction de seconde à déchiffrer chaque élément d’une publicité plus chargée. Avec une pub minimaliste, la cible a tout son temps pour s’attarder à un seul élément. Ce temps d’attention additionnel mixé à l’effet « surprise » de la compréhension d’un concept minimaliste augmente la rétention du message.

Voici quelques exemples de concepts minimalistes, voyez l’effet par vous-même !

lego
remote
mcdo
Retour au blogue